Comment encadrer des papiers et photos ?

Sous verre absolument !

Afin de le protéger durablement, la mise sous verre du papier est indispensable. Le sujet peut être monté en direct ( le verre est posé directement sur le sujet ), avec un passe-partout (marge cartonnée), ou de façon plus complexe (superposition de cartonnages, plateau, biseau, …). Un large choix de baguettes viendra terminer le cadre.

L’option de poser le verre directement sur le sujet est risquée cependant. Dans le temps, votre sujet peut adhérer au verre et il est parfois impossible de le récupérer au démontage…

De manière générale, on évite donc de poser quoique ce soit directement sur le sujet dans un souci de meilleure conservation.

Avec un biseau ? Si oui, lequel ?

Biseau français, anglais, perroquet, inversé, fantaisies…quelqu’il soit , il s’agit d’une découpe en pente ou droite réalisée dans un carton d’épaisseur variable (contrecollé). Cette pente est ensuite gainée avec le papier de votre choix et ensuite complétée par le passe-partout ou bien peinte. La couleur du biseau peut être identique à celle du passe-partout, elle peut aussi s’en distinguer afin de créer un effet de contraste.

Le biseau a l’avantage d’apporter de la profondeur et de bien isoler l’oeuvre du verre de par son épaisseur.

Enfin il trouve tout son intérêt quand le sujet comporte quelques reliefs et effets de matière.

Biseau anglais ou dit à 45°

Dans l’exemple de l’encadrement ci-dessous, le biseau anglais a été peint dans une teinte de vert irrisé ; un passe-partout blanc vient s’ajouter dessus.

 

Biseau anglais droit suspendu

Biseau français

Biseau anglais + biseau inversé

Dans l’exemple d’encadrement ci-dessous, on fixe le sujet sur un carton dont le biseau à 45° sera inversé puis on ajoute autour un autre biseau, anglais pour le coup . L’effet de profondeur est double !

 

La technique de l’entre deux verres

Esthétique, aérien et élégant

Et pourquoi pas mettre en valeur une image et son support à la fois ?

Vous avez un beau mur en pierre ou en brique ? Un joli papier peint ? Ce serait dommage de ne plus les voir non !?

L’entre-deux verre sera subtilement mettre en valeur votre œuvre sans pour autant surcharger la décoration.

L’entre-deux verres est une technique moderne utilisée pour encadrer des documents aux contours irréguliers tels que des papyrus, des parchemins ou lettres anciennes.

C’est donc une excellente solution pour mettre en valeur tous les sujets papier et fins.

Comme son nom l’indique, ce type d’encadrement consiste à coincer le sujet entre deux feuilles de verre. Un espace ou marge est laissé volontairement tout autour du sujet. La transparence du verre laisse voir le mur derrière le cadre et contribue à donner l’impression que le sujet flotte dans l’espace.

Cette technique est à privilégier pour des dimensions d’oeuvre petites à moyennes car doubler la feuille de verre pèse plus lourd.

Toute la difficulté technique réside dans comment fixer le «sandwich» des 2 verres sans que cela ne se voit. Plusieurs méthodes sont possibles pour l’encadreur ( collage, fixation par agrafes ou pointes flexibles ).

L'entre deux verres "classique"

La solution de base mais souvent très efficace ! 

Un entre deux verres comme suspendu

Autre effet bluffant : jouer avec la profondeur en utilisant une baguette assez haute, une réhausse en bois ou carton peint pour ramener au 1er plan l’oeuvre.

Avec cette technique une ombre portée se projette discrètement sur le mur.

L'entre deux verres "fantaisie"

On peut aussi agrémenter la composition par un passe-partout afin d’ajouter un espace supplémentaire autour de l’oeuvre et une touche de couleur :

La tension de toile c’est quoi?

Dans la petite anecdote de mardi dernier j’ai abordé le sujet de la fameuse toile à tendre ; si vous l’avez lu vous en savez déjà beaucoup ! Mais voici un petit rappel des différents cas de figure où vous aurez besoin de faire tendre une toile : 

De retour de voyage vous rapportez en souvenir une toile roulée ?

Vous faîtes imprimer sur toile une photographie et comment accrocher cette impression ?

Artiste, vous souhaitez faire monter vos toiles sur châssis ?

Votre toile est détendue ou le châssis a voilé ?

 

Un châssis en bois

Assemblé, il est fin prêt pour la tension.
Un châssis voilé, quesako ?

Quand un châssis en bois n’est pas de bonne qualité, trop léger par rapport au format final, ou qu’il est exposé à de l’humidité, des variantes de températures (éviter d’accrocher une toile au dessus d’un radiateur ou d’une cheminée, conseil d’amie), il peut vriller et donne l’impression de gondoler…

Le bois est une matière vivante qui “travaille” donc il est important dès le départ de choisir un bon support pour votre toile. Le problème c’est que c’est difficilement récupérable voire impossible. Dans ce cas là, on change le châssis.

 

Je vais donc tendre votre toile sur un châssis adapté, simple ou épais aux dimensions exactes de la surface à tendre et fixer un système d’attache correspondant au poids.

Différentes finitions sont envisageables : bordures couvertes d’un ruban toilé, clous de tapissier.

Enfin, la toile peut rester « nue » ou être habillée d’un encadrement, caisse américaine ou baguette classique. Se référer à l’article intitulé “Comment encadrer une toile?

RSS
EMAIL